Vallée de la Mossig et château du Hohlandsbourg à vélo

Publié le

Jean-Philippe Mathis et Alexis Roehry du service technique territorial sud au CD67, et Eric Gstalder du service environnement et agriculture au CD68, nous font voyager sur des itinéraires cyclables qui leur sont chers

La vallée de la Mossig

«L'itinéraire emprunte l'ancienne voie ferrée entre Saverne et Molsheim. Avec un peu d'imagination, on peut ressentir les sensations des gens assis dans les trains à vapeur. À l'écart des routes et de l'agitation urbaine, on admire les paysages viticoles et arboricoles, les anciens ouvrages maçonnés franchissant la Mossig et on découvre les quais et les anciennes gares des villages traversés». Jean-Philippe Mathis, responsable du bureau d'études du service technique territorial sud.


« Je vais travailler à vélo. L’itinéraire, à 90% en site propre, est apaisant, sur les berges de la Mossig et de la Bruche. Je mets à peine dix minutes de plus et le bénéfice physique et psychologique est indéniable. Je rencontre d’autres courageux vélotaffeurs, des promeneurs, des canards, des écureuils et même une biche. C’est la meilleure façon de démarrer sa journée. Par -5°C, ça réveille ! » Alexis Roehry dirige l'équipe de maintenance bâtiments de Molsheim.


Vers le château du Hohlandsbourg

« Adepte du triathlon et membre de la section vélo de l’Aspad 68 (l’amicale du personnel), je m’entraîne fréquemment en effectuant des parcours sportifs. L’un de mes trajets préférés est la montée au château du Hohlandsbourg, qui domine Colmar. Le départ se situe à Wintzenheim, près du lycée horticole. J’emprunte soit des chemins forestiers avec mon VTT, soit la route des 5 châteaux avec mon vélo de route. Cette dernière est peu fréquentée, sauf l’an dernier, lors du passage du Tour de France ! D’une longueur de 30 km environ par la route, la boucle présente un dénivelé de 875 m, avec un passage à 15%. C’est plus court à VTT. Depuis le parking du château du Hohlandsbourg, on jouit d’une vue surprenante sur la plaine d’Alsace. Il n’est pas rare de croiser dans la forêt des sangliers, chevreuils et autres écureuils… Ce petit circuit ravira sans aucun doute tous les vététistes et les routards ». Eric Gstalder, technicien environnement et agriculture.